À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY

  • À découvrir sur "MMM(&B!)" :
  • NEW : CCIL
  • LA TOTALE !
  • ME REVOICI...

  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : HÔPITAL (TER)
  • HÔPITAL (BIS)
  • HÔPITAL

  • Et histoire de se défouler un peu (lol !) :

    samedi, septembre 09, 2006

    QUE DES BONUS !!!

    Enfin, me voici de retour, plus en forme que jamais, après deux longs mois et près de 400 kms à pieds à traverser les montagnes d'Autriche, d'Italie et de France, ni en sneakers ni en Buffalos, je vous rassure tout de suite, mais bel et bien avec les traditionnelles chaussures de randonnée - qui, pour parfaitement adaptées qu'elles soient, se révèlent généralement d'une laideur assez affligeante, et il est clair qu'en ce domaine, les constructeurs auraient encore pas mal d'efforts à faire pour renouveller le genre, et notamment sortir des sempiternelles couleurs soi-disant "nature" : marron "bouse", vert "caca d'oie" et jaune "crottin", entre autres...
    Après tout, il y a belle lurette que l'on fait des sacs à dos rouge vif ou des K-Ways orange "fluo", c'est quand même nettement plus rigolo, et ça permet en outre à l'hélico de vous trouver beaucoup plus vite si vous vous êtes plantés au fond d'un ravin, LOL !
    Bref ! Je ne pensais pas ramener de ces alpines pérégrinations la moindre photo susceptible d'intéresser les lectrices et lecteurs de ce Blog ultra-thématique, mais contre toute attente, j'en ai finalement plusieurs à vous soumettre. La première, prise à Brixen dans le Süd-Tyrol (ou à Bressanone dans l'Alto-Adige, c'est au choix), se passera, je crois, de tout commentaire, sauf pour la faute d'orthographe criante - mais bon, on ne peut pas non plus trop en vouloir à des gens capables d'écrire "caffè" au lieu de "café" :

    En ce qui concerne la seconde photo, pour la petite histoire, j'étais tranquillement en train d'attendre un bus à la gare routière de Cortina d'Ampezzo, affalé sur le banc sans m'être rendu compte que je rendais ainsi difficilement lisible le panneau des horaires et des destinations, lorsqu'une très belle cycliste, aux jambes non moins belles et aux baskets carrément sublimes, s'est pour ainsi dire plantée sous mon nez durant deux-trois bonnes minutes. Et comme j'étais précisément en train de passer en revue mes dernières photos numériques, mon sang n'a fait qu'un tour, et j'ai subitement repensé à tous les aficionados de SNEAKERS & BUFFALOS, en manque d'images depuis deux mois, pour vous offrir ce superbe "snapshot" :

    Trop hautes pour des NIKE AIR, trop basses pour des BUFFALO BOOTS, il s'agit bien sûr de la mythique marque italienne FORNARINA - qui hélas, non seulement s'avère très difficile à trouver en France, mais subit en outre dans son propre pays un peu le même ostracisme que Buffalo en son temps. Autrement dit, même si l'effet "mode" qui était énorme, il y a de cela trois ou quatre ans, s'est quelque peu estompé, il reste malgré tout de vrai(e)s fidèles de la marque, qui se tueraient plutôt que d'être contraints de porter autre chose.

    On les comprend d'ailleurs assez bien, car durant toutes ces vacances, j'ai eu tout le temps de repérer les deux grandes tendances chez nos amis transalpins :

    1) À Cortina d'Ampezzo, le vrai grand "chic" reste encore de se balader en pantacourt (pour les garçons) ou en mini-jupe, mollets bien évidemment ultra-bronzés, épilés, voire tatoués, chaussettes style "aérobic" immaculées et Nike Shoks ultra-neuves - et c'est vrai que "ça le fait", comme on dit :

    2) Malheureusement, Cortina n'est pas l'Italie, et partout ailleurs, la prédilection des autochtones semble aller vers la marque SALOMON, dont les baskets sont hélas, il faut bien le dire, particulièrement laides, et dépourvues de la moindre créativité.

    Alors ensuite, c'est assez curieux, car moi qui ne suis absolument pas "voyeur" de nature, l'histoire FORNARINA citée plus haut a commencé à m'amuser, et donc - adoncques, comme on disait au Moyen Âge - bénissez-moi, car je vous ai dans la foulée ramené quelques petits "snapshots" pas piqués des vers, comme on dit, à commencer par ce "collector" de chez ADIDAS, qui a peut-être été commercialisé à un moment, mais qui, à mon humble avis, est plutôt "fait maison" :

    Sympa, is'nt it ? (Je ne parle bien sûr pas des "horreurs" derrière)...

    Toujours de la même marque, cette jolie photo dont je suis (très) très content, ce sont les "hasards" du numérique dès qu'il y a mouvement, du flou et du moins flou... en termes picturaux, on classerait presque ça dans la catégorie des "Futuristes" Italiens :

    Je n'ai bien sûr pas photographié de visu ces deux très belles jeunes filles en fleur, mais croyez-moi sur parole, elles n'appartenaient pas à la catégorie des "thons" !

    Et pour finir, une "horreur" absolue, vue dans le train en provenance de Venise (en plus, LOL !) :

    Je sais. C'est très moche, très démodé, et même assez "vulgaire"... mais j'adore, allez savoir pourquoi ???

    Alors on ne sait jamais... Je me suis dit, après tout, pourquoi pas ? Il y en aura bien au moins un avec des goûts aussi bizarres, pour me remercier d'avoir publié cette improbable photographie. À propos de "compensées", d'ailleurs, je vous mets en lien un article instructif publié dans le Nouvel Observateur du mois de mai, qui vous apprendra entre autres, pourquoi, dans le doute, il vaut mieux ne jamais jeter ses vieux modèles "out", la mode pouvant toujours ressurgir à tout moment : LA VIE EN GRANDES POMPES.

    La bonne nouvelle, c'est que ni l'Autriche ni l'Italie ne semblent avoir été touchées par la déferlante CONVERSE, qui commence franchement à gaver, en France ; preuve que ce sont des peuples artistiques, économes et pragmatiques, qui n'auraient jamais l'idée baroque de foutre plus de 50 € dans un bout de tissu mal ficelé sur une vilaine semelle plate en caoutchouc...

    C'est toujours ça de gagné !

    Libellés : , , , ,