À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY

  • À découvrir sur "MMM(&B!)" :
  • NEW : CCIL
  • LA TOTALE !
  • ME REVOICI...

  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : HÔPITAL (TER)
  • HÔPITAL (BIS)
  • HÔPITAL

  • Et histoire de se défouler un peu (lol !) :

    mercredi, octobre 05, 2005

    QUEL EBAY ???

    Je ne sais pas s’il en va de même pour tous les objets recherchés, mais quoi qu’il en soit, s’il s’agit de Sneakers ou de Buffalos (comme il est assez probable si vous vous trouvez sur ce BLOG, LOL !), voici trois bonnes raison de boycotter le Ebay.fr au profit du Ebay.de (Deutschland) :

    1) Chaque passerelle Ebay ayant (apparemment) été pensée différemment selon le pays concerné, et connaissant l’aussi grande aptitude des français en matière de Web qu’en matière de cinéma (Re-LOL !), il est clair que la fameuse logique allemande affiche ici son évidente supériorité. Alors que sur le Ebay français, vous devez à chaque fois remonter dans la catégorie recherchée, puis taper en toutes lettres, par exemple "Buffalo 38", le site allemand conserve tous les paramètres de votre dernier surf, de sorte que non seulement vous arrivez automatiquement dans la catégorie souhaitée, mais qu’en outre tout se fait ensuite par menus déroulants, où vous n’avez plus qu’à sélectionner "Turnschuhe" ("Baskets"), puis 38 et "Buffalo" (dans un menu contenant pratiquement toutes les marques, connues et moins connues).


    2) Outre cet aspect purement technique, il faut bien prendre en compte également l’abondance de l’offre de part et d’autre, en général de quinze à vingt fois plus riche sur le réseau germanique. Si encore il ne s’agissait que de Buffalos, cela paraîtrait logique, vu l’origine allemande de la marque, mais ces proportions restent valables toutes marques confondues, pour une raison que j’ai du mal à m’expliquer. Les deux pays étant de même taille et à peu près aussi peuplés, on est bien obligé de chercher ailleurs les causes de cette disproportion, éventuellement dans des questions de mentalités, et vous allez voir que c’est une partie de la réponse (assez peu flatteuse pour nous, donc quittez ici si vous êtes vraiment chauvins !).

    3) Pour bien comprendre les choses, voici comment se présente, 8 fois sur 10, une annonce de ce type sur Ebay.fr : "À céder : superbe paire de Buffalos, usagée mais très bon état général, 40 Euros. Valeur neuve en magasin : 139 Euros. Profils d’évaluation trop récents ou trop bas s’abstenir !".
    Donc là, pour moi, on a la totale : d’une part, le vendeur semble vous faire une fleur (à céder, pas à vendre), il qualifie en outre de "superbe" une paire visiblement déjà bien portée, et d’autre part le prix de départ est déjà bien trop élevé pour une enchère. Comme le vendeur le sait et n’est pas dupe, il cherche donc à se justifier en précisant le prix réel en magasin ; mais comme il sent bien aussi qu’il est un peu arnaqueur sur les bords, il n’a bien sûr qu’une crainte, c’est qu’on cherche à l’arnaquer à son tour, et tente ainsi de décourager tous les enchérisseurs qui n’ont pas de jolies étoiles et 100% d’évaluations positives.


    Retour à Berlin ou à Köln, afin de voir comment se présentent à l’inverse 80% des annonces de ce type : "Zu verkaufen, Buffalos WIE NEU, Euro eins", soit : "A vendre, Buffalos comme neuves (ou usagées, peu importe, c’est très rarement trompeur), un euro".
    Voilà, tout est dit : c’est sobre, peut-être un peu sec, si l’on veut, mais pas prétentieux. Et d’ailleurs, ceci n’empêche pas certains sommets : il y a quelques mois, j’ai vu une paire de Buffalos "Glitzer" (pailletées !) avec une trentaine d’enchérisseurs dessus partir à 295 Euros, soit carrément presque trois fois le prix public de vente – un collectionneur fortuné, sans aucun doute. Mais dans l’ensemble, ça monte assez peu : j’ai dû acheter une dizaine de paires sur ce site, la plus chère à 50 Euros, mais en général plutôt autour de 10-15 Euros, et sans jamais aucune tromperie quant à l’état ou la qualité.


    (Voilà, ça, c'était la paire à 50 Euros, pour mémoire...). Alors bien sûr, on doit rajouter 5 ou 6 Euros par rapport aux frais de port français, mais dans l’ensemble, on reste très largement gagnant ! (Et du reste, c’est une règle assez générale : j’ai cherché récemment des lustres en verre de Murano, et bien sans surprise, c’est sur Ebay.it que se trouvent les offres les plus abondantes et intéressantes, C.Q.F.D.) !

    4) Alors certes, il y a, pour certains, le petit problème de la langue, assez peu parlée par nos compatriotes. Mais il y a aussi la parade : une fois dans le Ebay.fr, vous pouvez très bien choisir l’option, après avoir épuisé les offres françaises (ce qui va en général très vite !), "Voir d’autres objets chez des vendeurs étrangers", et là, du moins si mes souvenirs sont bons, la plupart des informations restent affichées en français.
    Bon. On n’est pas encore sorti de l’auberge pour autant : car même après avoir remporté une enchère, il y a toujours deux trois inévitables envois de mails pour préciser son adresse, le mode de paiement, etc. Mais rassurez-vous, la plupart des allemands parlent un anglais très honorable !
    Et si l’anglais est encore un problème, alors là, on ne peut vraiment plus rien faire, sauf donner un petit conseil : apprenez l’anglais une bonne fois pour toutes (seulement écrit, c’est facile, m’enfin !), ou alors préférez à Internet des activités plus de chez nous, comme la pétanque, le tricot ou la pêche à la ligne !

    Dernière chose : si vous profitez de tous ces conseils pour enchérir sur une paire que je convoite également, inutile de préciser vous aurez droit à un bon virus de ma part, LOL !!!

    Libellés : , ,