À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY

  • À découvrir sur "MMM(&B!)" :
  • NEW : CCIL
  • LA TOTALE !
  • ME REVOICI...

  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : HÔPITAL (TER)
  • HÔPITAL (BIS)
  • HÔPITAL

  • Et histoire de se défouler un peu (lol !) :

    vendredi, septembre 09, 2005

    NOW PLAYING !

    JOHANNES BRAHMS (1833-1897) :
    Nachtigall, sag, was für Grüß
    Den Himmel will ich klagen
    Es saß ein schneeweiß Vögelein
    Verstohlen geht der Mond auf

    Extraites du dernier cahier des Volkslieder (livre 7), ces pièces concluent à merveille l'Oeuvre de toute une vie, Brahms s'étant continuellement appliqué, en ceci quelque peu précurseur de Bartok, à collecter et harmoniser presque toutes les mélodies traditionnelles de son pays. Contrairement aux Lieder des livres précédents, tous pour voix soliste, ceux-ci sont fondés sur le principe archaïque de l'Antiphon, où le choeur ne se borne à chaque fois qu'à commenter un thème toujours préalablement exposé par un ou deux récitants (Vorsänger, littéralement "ceux qui chantent devant", autrement dit les solistes, dont le nom est mentionné entre parenthèses). Quatre chants populaires allemands, donc, sur des sujets tour à tour poétiques, amoureux ou tragiques, où Brahms ne s'est attaché qu'à une chose : réaliser l'harmonie... Mais c'est précisément là que l'on découvre son génie absolu, et son sens inné de la variation !
    Interprétés par les petites et grandes élèves du conservatoire Francis Poulenc (de 9 à 30 ans, on va dire !) dans une version arrangée pour piano, cordes et choeur par Me, I and Myself, qui tient également la partie de piano, comme d'hab !