À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY

  • À découvrir sur "MMM(&B!)" :
  • NEW : CCIL
  • LA TOTALE !
  • ME REVOICI...

  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : HÔPITAL (TER)
  • HÔPITAL (BIS)
  • HÔPITAL

  • Et histoire de se défouler un peu (lol !) :

    samedi, septembre 24, 2005

    I HATE CONVERSES !

    Mais oui, c'est vrai, je déteste les CONVERSES...
    Il y a dix ans, toutes les jeunes filles de France étaient soient en REEBOK FREESTYLE HIGH, soit en BUFFALOS.
    Il y a cinq ans, aucune d'entre elles n'aurait osé se pointer au lycée sans une paire de NIKE AIR MAX, baskets qui, bien que non politiquement correctes (voir l'un des articles précédent), avaient tout de même une certaine allure et une certaine classe, on est bien obligé de l'admettre...


    Désormais, depuis deux ans, règne cette mode exécrable des CONVERSES, chaussures qui ne sont ni originales, ni belles à regarder, ni agréables à porter (car toutes plates, et en simple toile), et à l'usage d'une odeur assez peu flatteuse, comme toutes les chaussures en toile type espadrilles, ou autre... C'est le grand mystère de la mode, fugitive, futile et incohérente (comme chacun sait), et on se demande bien quand est-ce que cela va finir ???
    En fait, historiquement parlant (j'ai vérifié), le seul point positif de la CONVERSE est d'avoir été la toute première chaussure de sport, en quelque sorte l'ancêtre de toutes nos baskets les plus modernes :


    Comme on peut le constater, c'était déjà aussi laid en 1919 que ça l'est maintenant... Au moins y avait-il le mérite de la nouveauté !

    Mais tout cet article n'a qu'un but, vous montrer ce qui m'a réconcilé avec les CONVERSES : les créations d'un type totalement "allumé", qui a créé pour la marque un modèle très spécial, auquel j'adhère là sans problème (surtout que le coût US, 50$, est tout-à-fait raisonnable, il faut malheureusement toujours compter avec des frais de port exubérants) :




    Plus d'infos sur le site de LADYKICKZ, comme d'habitude... Mais même avec les frais de port, ça ne devrait pas dépasser 80$, soit bien moins que le prix (exubérant, par rapport aux "vraies" baskets en cuir) habituel des CONVERSE en notre beau pays...

    By the way... Toutes les infos que je vous livre viennent du petit (mais excellent) livre de Linda O'Keeffe, publié aux éditions Könemann, qui est une véritable bible sur le sujet, et que je vous recommande vivement (vu son prix dérisoire) :


    A bientôt pour de nouvelles aventures !

    Libellés : , ,