À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY

  • À découvrir sur "MMM(&B!)" :
  • NEW : CCIL
  • LA TOTALE !
  • ME REVOICI...

  • À voir sur "Paris Archis" :
  • NEW : HÔPITAL (TER)
  • HÔPITAL (BIS)
  • HÔPITAL

  • Et histoire de se défouler un peu (lol !) :

    mardi, septembre 27, 2005

    CLASSICAL & BUFF'S !

    Selon les codes de la "planète" Sneakers & Buffalos, traditionnellement plus axée sur le Hip-Hop et les graffitis, la musique classique apparaît souvent comme une sorte de vieux truc plutôt poussièreux (voire emm...), interprété dans un silence macabre par des pingouins d'un autre âge, habillés en garçons de café et à peu près aussi gais que la majorité des voyageurs du métro.
    Et bien non, ce n'est pas une fatalité, on peut très bien jouer Mozart en Buffalos, et je peux même dire par expérience que, se sentant plus à l'aise dans ses bottes (pour reprendre la malencontreuse expression de Juppé à une certaine époque), on le joue d'autant mieux.

    Alors voilà, il faut y aller doucement (mais sûrement), sachant que c'est un milieu très "coincé" sur certaines choses, même de la part de collègues beaucoup plus jeunes que moi, ce qui ne cessera jamais de m'étonner.
    Quand on allait voir un Big Band de Jazz dans les années 80, c'est vrai qu'ils se la jouaient tous encore "nostalgie du grand Duke ou du grand Count", tous bien sapés à l'antique derrière leur pupitres rutilants... Mais bon, on est au XXIème siècle, c'est fini, tout ça : les jazzmans l'ont enfin compris, et bien sûr rockers et rappers depuis belle lurette (au contraire, là, on vend la musique avec le concept vestimentaire) !
    Alors il est grand temps que les musiciens classiques le comprennent à leur tour, du moins en petite formation, ne serait-ce que pour attirer le jeune public, qui est absolument découragé et consterné par le côté académique et rigide de tout ce décorum.

    L'an dernier, on a fait un véritable tabac avec le concert VIA CRUCIS, et Dieu sait qu'il était bien inutile d'en rajouter par rapport à l'austérité de l'oeuvre... et tout le monde a adoré. Bon, je sais sais bien que la photo est très mauvaise, et qu'on devine à peine mes Buffalos en Nubuck rouge, mais bon : toujours est-il qu'elles étaient là, et bien là, et qu'elles ne me m'ont absolument pas empêché d'interpréter comme il le fallait les parties pianistiques de l'oeuvre.

    Libellés : , ,